1913 - 1923 - L'engagement dans Légion Etrangère

1914

  • Arrivé à Alexandrie, il prend la décision de rejoindre les pays qui se battent contre la Turquie.

1915

  • Hagop se rend à Marseille puis fait ses classe de la légion à Oran en Algérie. Il est ensuite affecté à Aflou dans le Sahara. Elève Caporal, il termine ses classes très bien notés, Hagop est nomme première classe.

1916

  • Hagop demande au colonel commandant du régiment de se battre sur le sol français.

20 Janvier 1916

  • Hagop rejoint le premier régiment de marche.

1916

  • Il est envoyé dans la Somme.
  • Pour son baptême de feu il se bat sur le front de Belloy en Santerre. Il est caporal avec trois spécialismes : Signaleur, Grenadier et Mitrailleur et il est affecté dans un poste d’observation.

1916

  • Pendant une permission, Hagop rencontre Son Excellence Boghos Noubar Pacha à Paris qui lui demande de l’accompagner en Amérique pour l’aider à recruter des volontaires arméniens. Hagop refuse l’invitation préférant continuer à combattre.
  • L’accord de Sykes-Picot d’octobre 1916 stipulait que la France s’engageait à donner la Cilicie aux Arméniens en échange de leur contribution dans le combat de libération.

18 Avril 1917

  • Hagop fait parti de la première vague d’assaut du régiment d’élite dirigé par le Colonel Darieze. Ce dernier est tué pendant cette bataille.
  • Hagop est blessé à Vitry-le-Francois frappé d’une balle au crâne.
  • Il est soigné à l’hôpital par la Baronne de Baye, épouse de l’ambassadeur de France en Russie.

1917

  • Hagop reçoit la Croix de Guerre après la bataille de Champagne.

11 Juin 1917

  • Hagop est détaché de la Légion Etrangère comme instructeur militaire à la Légion. Il part pour Chypre sur le navire Calédonien de la Messagerie Maritime qui sera coulé en mer le 30 juin a 100 km de Port Saïd et est repêché par un contre-torpilleur japonais.
  • Le naufrage fait 77 morts et 100 blessés.
  • La formation des Arméniens volontaires est organisée à Chypre. Hagop gagne la confiance et le respect de ses hommes mais constate les inégalités de traitement parmi les soldats et officiers d'origine française et arménienne.

19 Sep 1918

  • Première bataille sur le front d'Orient. Il fait parti de la 5ième compagnie qui se bat contre la division éclaire (Yelderim) commandée par le général Moustafa Kemal et assistée par des officiers allemands. Près du mon Arara et du village arabe Raffat.
  • 423 soldats Arméniens sont enterrés sur le mont Arara recouverts des drapeaux français et arméniens.
  • Accompagné de Vahan Portokalian et de l’aumônier Vagharchak, Hagop libère 21 Arméniens prisonniers (dont deux jeunes filles qu’il fait sortir du harem) de l’Emir Sheriff qui était pourtant du coté des Anglais.
  • A Haiffa Hagop contracte une dysenterie et est envoyé par bateau à Beyrouth pour être soigné.

Oct. 1918

  • Le Liban est la Syrie sont libérés. Les Turcs ont signé l’Armistice sur l’île de Moudros.
  • La Cilicie devient zone française.
  • Débarquement en Cilicie de la Légion sur le port d’Alexandrette et le peloton de Hagop débarque à Mersin. C ‘est la fête dans la légion Arménienne.
  • Hagop demande au colonel Romieu l’honneur de débarquer le premier avec sa section. Ce qui lui sera accordé.
  • Il se rend à Adana, capitale de la Cilicie laissant une garnison sur le chemin à Tarsus.
  • Le général Picot rend visite aux bataillions en Cilicie pour une prise d’armes pour une distribution des décorations pour ceux qui se sont distingués à la bataille de Arara en Palestine.

Aug 1920

  • Avec le Traité de Sèvres, la Cilicie est laissée à l’abandon par le gouvernement français et est rendue aux autorités turques condamnant des milliers de réfugiés arméniens à une mort certaine.

Nov 1920

  • Hagop est démobilisé et retourne en Egypte.
Ce site a été conçu et réalisé par Sebastia Limited